accueil À propos de nous   I   Information   I   Brochure   I   Evénements   I   A.i.R.   I   Ateliers   I   Galerie   I   Coups de Coeur   I   Hébergement   I   Localisation   I   Actualités   I   Contact   I   Liens > English  
DRAWinternational
drawing research action works
Evénements
DRAWinternational - Evénements

Evénements archivés >>

Novembre 2017

AiR - ATELIERS OUVERTS

C’est la fin de l’année!

 

Les derniers artistes en résidence à DRAWinternational pour cette année 2017 vous invitent dans leurs ateliers pour voir leurs réalisatons.

 

Tae Eun Ahn (Corée du Sud), Tomie Seo (Japon) et Agnes Jones (UK).

Venez nous rejoindre pour découvrir, échanger et célébrer le dessin dans toutes ses formes.

Nous partagerons un apéro festif !

 


Mai 2017

AiR - ATELIER OUVERT

A l'occasion de la fin de sa résidence artistique à DRAWinternational, Caylus,

 

Diane Perndt (AUS) vous invite à son exposé sur les dilemmes créatifs, à découvrir ses oeuvres et échanger avec elle.

Mercredi 31 mai 2017 à 19h30.


 

 


Mars 2017

AiR - ATELIER OUVERT

Artiste en résidence Tatjana Buisson (Arfique du Sud) ouvre son atelier au public, venir voir ses réalisations, fruits de deux mois de résidence a DRAWinternational.

 


Novembre 2016

AiR - ATELIERS OUVERTS

Artistes en résidence Doris Fend (Autriche), Alicia Dupont Lievens (France) and Alžběta Wolfová (République Tchèque), vous invitent à découvrir leurs ateliers.

Dimanche 27 novembre à partir de 15h30.

Venir nous rejoindre pour échanger avec les artistes, voir leurs réalisations, et partager un verre de vin chaud!

1 rue de l'ancienne gendarmerie, 82160 Caylus.
 

 


Octobre 2016

AiR - ATELIER OUVERT

A l'occasion de la fin de son mois de résidence à DRAWinternational, Caylus, ANDREA FERRIGNO (USA)  vous invite à découvrir ses dessins.

Vendredi 28 Octobre à partir de 18h30

1 rue de l'ancienne gendarmerie, 82160 Caylus.

Egalement en résidence :  
ALZBETA  WOLFOVA (Cz), DORIS FEND (AUT), ALYS ROSE GREEN (UK)

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial autour d'un apéritif.

 


Octobre 2016

AiR - RESTITION DE RESIDENCE

PERFORMANCE POETIQUE 'Surgant Liberi'

Le collectif CAMBOUIS présent leurs recherches ménées lors d'une résidence à DRAWinternational en Mai 2016.

Melanie Gabu - Installation
Thierry Sterckval -  Basse Fretless
Sarah Turquety - Poème et voix 


Dimanche 2 octobre  à 18h00.

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial,1 rue de l'ancienne gendarmerie' 82160 Caylus.

Un apéritif en compagnie de tous nos artistes en résidence vous sera servi. 

 

 


Septembre 2016

AiR - OPEN STUDIOS

A l'occasion de la fin de ses deux mois de résidence à DRAWinternational, Caylus,
Elke Sada (D) vous invite à découvrir ses dessins.

Mardi 27 Septembre à 19h.

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial,1 rue de l'ancienne gendarmerie' 82160 Caylus.

Un apéritif en compagnie de tous nos artistes en résidence vous sera servi. 

 

 

 

 

 


25 Août 2016

AiR - ATELIERS OUVERTS

CRIS FRANCHEVICH (BREsIL/USA), 
CHRISTL BERG (TASMANIE), 
ELKE SADA (ALLEMAGNE), 

LAURA ROSE EDMUNDS (ROYAUME UNI)

A l'occasion de la fin de leur résidence artistique à DRAWinternational, Caylus,
les artistes vous invitent à découvrir leurs oeuvres et échanger avec eux.

Jeudi 25 Août à 19h

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial,

1 rue de l'ancienne gendarmerie' 82160 Caylus.
 

 


28 Juillet 2016

AiR - ATELIERS OUVERTS


DARCY JOHNSON (CAN), LUCY SIYAO LIU (CAN), LAURA DONKERS (UK), ALEXIS CALLENDER (USA), NINA MARKKULA (FINLANDE), CARLA STETSON (USA).

A l'occasion de la fin de leur résidence artistique à DRAWinternational, Caylus,
les artistes vous invitent à découvrir leurs oeuvres et échanger avec eux.

Jeudi 28 Juillet à 19h

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial,
1 rue de l'ancienne gendarmerie' 82160 Caylus.

 


Juin 2016

ATELIER OUVERT

A l'occasion de la fin de ses trois mois de résidence à DRAWinternational, Caylus,
Kim Anderson (Aus) vous invite à découvrir ses dessins.
Mercredi 22 juin à 18h30.

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial,1 rue de l'ancienne gendarmerie' 82160 Caylus.

Un apéritif en compagnie de tous nos artistes en résidence vous sera servi.

 


Avril 2016

ATELIERS OUVERTS

C'est reparti pour 2016!


Mardi 12 Avril à 19h - nos artistes en résidence ouvrent leurs ateliers.

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial,1 rue de l'ancienne gendarmerie' 82160 Caylus.

Un apéritif en compagnie de nos artistes en résidence vous sera servi.

ANASTASIJA KOMARNYCKYJ (AUS), CAROL SMITH (UK), EMILIA RINALDINI (USA)

 


Octobre 2015

ATELIERS OUVERTS ET LIVE MUSIC

C'est la fin de la saison! Profitez-en!

Nos derniers artistes en résidence ouvrent leurs ateliers suivi d'un apéro musical dansant.

Rdv : Mercredi 28 Octobre à 19h, 8 rue du château, 82160 CAYLUS

 


Septembre 2015

ATELIERS OUVERTS ET LIVE MUSIC

Ce samedi 26 Sept à 19h - Cinq artistes en résidence ouvrent leurs ateliers situé
'1 rue de l'ancienne gendarmerie'.

Nous avons le plaisir d'accueillir aussi un groupe d'artistes musiciens - flûte traversière, saxophone, guitare basse et batterie.

Venez nous rejoindre pour un moment de découverte et d’échange convivial.

Un apéritif en compagnie de nos artistes en résidence vous sera servi.

 


Août 2015

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE

Ce samedi 29 Août à 19h - quatre artistes en résidence ouvrent leurs ateliers.

DESSIN - INSTALLATION

La visite commence aux ateliers n° 1 rue de l'ancienne gendarmerie'suivie d'une vidéo - installation à n°8 rue du chateau.

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial.

Un apéritif en compagnie de nos artistes en résidence vous sera servi dans le jardin.

 


Juin 2015

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE

Ce samedi 27 juin à 19h30 - quatre artistes en résidence ouvrent leurs ateliers.

DESSIN - INSTALLATION - PERFORMANCE

La soirée commence aux ateliers '1 rue de l'ancienne gendarmerie' suivi d'un petit tour du village 'la science et la sorcellerie - la médecine et de la magie' et se termine aux ateliers '8 rue du chateau.'

Venez nous joindre pour un moment de découverte et d’échange convivial.

 


Juin 2015

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE - LUI MEDINA (PH) - STAVROS PAVLIDES )GR)

Les ateliers sont ouverts à 18h.

 


Mai 2015

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE

Les ateliers de DRAWinternational à l'Ancienne Gendarmerie Nationale, seront ouverts dimanche et lundi après midi de 15h à 18h.

Vous êtes inviter à venir échanger avec nos artistes en résidence et découvrir leurs œuvres.

 


Mars 2015

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE - ROBERT LUZAR - AGITA STEINBERGA

Pour célébrer le début de notre programme d'Artiste en résidence 2015 et inaugurer nos nouveaux ateliers, Robert Luzar et Agita Steinberga présenteront leur travail au public.

Les ateliers seront ouverts à partir de 19h30 et à 20 heures il y aura une performance de Robert Luzar.

 


Septembre 2014

ATELIERS OUVERTS

Artises en Résidence, Chloe Bensahel, Jesica Lewit, Tomie Seo and Manuel Wegria ouvrent leurs ateliers au public.

 


Septembre 2014

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE - BRUNO PATYN - LIN CHAU

Souvent, un dessin ou une œuvre d'art est considéré comme un moyen de communication entre l'artiste et le spectateur, mais mes dessins ne sont pas conçus de cette façon. Quand je peins, j'ai une conversation avec moi-même à travers la peinture et quand le moment vient ou je ne peux pas pousser la conversation plus loin, le travail est fait.
Mon processus de peinture est donc une façon non verbale de penser, placé dans un cadre visuel. La peinture m'aide à structurer le travail que je fais à l'intérieur de moi-même, comme un travail d'intégration. J’amène certains aspects de moi-même à la surface et je les intégre pleinement dans mon être.
Mes dessins ne cherchent pas à livrer un message, toucher le monde, ou exprimer mes émotions les plus profondes à un spectateur anonyme. Je ne fais que penser à haute voix. Cela ne veut pas dire qu’une autre personne ne peut pas avoir une conversation avec la même peinture, mais ce n’est pas, tout simplement, une conversation avec moi. Le résultat final du dessin n'est pas le dessin, mais tous les possibilités infinies de la pensée et de la conversation qui pourrait survenir à travers le dessin, et aussi l'excuse de se réunir ici et rassembler les gens.


Bruno Patyn


Je suis fascinée par l’architecture : les pierres, la couleur et la façon dont elles sont utilisées dans la construction des maisons du village.
La magnifique ligne d’horizon si bleue...
Les maisons à Caylus qui s’écroulent me font penser aux villages ou j’ai grandi à Hongkong.
Cette expérience m'inspire de retourner dans mon pays et documenter mes villages en train de disparaitre.


Lin Chau

 


Juillet/Août 2014

EXPOSITION - ESPACES DE MUSIQUES - JACQUES HUE

La musique à jalonné la vie de jacques Hue et son parcours artistique.
Elle est devenue une necessité de tous les jours.

Sa rencontre avec le compositeur Roger Tessier en 2007, marque une étape importante.

il a donc travaillé pendant deux années en "immersion totale" dans la musique de Robert Tessier, élaborant plusieurs appoches sensorielles, techniques,  plastiques et réalisant une soixantaine de peintures et dessins.
Après cette démarche d'analyse, de synthèse, au travers son univers musical, il a éprouvé le besoin , le désir d'aller explorer d'autres univers, d'approcher d'autres musiciens (jean Yves Bosseur, Pierre Boulez …) Mais aussi de revenir à d'autres formes musicales comme la musique indienne (de R. Shankar) la musique du Moyen Age en faisant une incursion chez Mozart (avec son Rquiem) pour revenir par l'Asie ( Japon, Corée, Chine ).
Avant d'oser évoquer sa propre musique intérieure.

Univers de vibrations, sons, couleurs, rythmes, formes.
Sa peinture aujourd'hui révèle des ESPCES de MUSIQUES fruit d'une longue expérience sensible qui trouve son origine aux sources des diversité qui le font vibrer.

MF.

 



Plus d'images >>

Juillet 2014

ATELIERS OUVERTS - ARTISTES EN RESIDENCE - DIANE RICHEY-WARD & MONICA RIZZOLLI

My recent drawings represent an ongoing series entitled, “La Vitesse de l’Idee”, which investigates the potential of drawing mechanical imagery. By layering structural elements of French farming machinery, I find an unlimited source of configurations: ideally dramatic and anthropomorphic in nature.
I have a continuing interest in line, and how it relates to motion and energy in a work of art.
I attempt to create an environment where the vigour, or force created by the form is retained in the piece. By seeking a delicate balance between improvisation and resolution my goal is to retain a certain mystery and an unpredictable outcome.   These drawings are created through a build-up of charcoal and pastel images on paper - with an search for a certain reverberation between layers.

Diane Richey-Ward


I am developing a series of drawings written in Processing computational language and executed on the Java platform. The processing language permits the insertion of random variables on the code, making the drawings slightly different each time the program runs. Each drawing represents one specific geographic coordinate and a specific time based on my personal experience of the space. By adding objective and subjective data, historical information, a textual narrative, movement and the code itself, I intend to create an approximation between the map that I am drawing and the territory that I perceive. This work continues my previous research, which investigates the interrelationship between three concepts:  the social and physical space; the individual perception of the space, and the representation of that space.

Monica Rizzolli

 


Juin 2014

Kazuki Nakahara - Lauréat FID 2014

Kazuki Nakahara - Artiste en Résidence at DRAWinternational 2011, est lauréat de FID -
Prix international du dessin dédié aux jeunes artistes 2014.
Ses oeuvres sera exposer à la Galerie Catherine Putman à paris en Juin 2014.

Destiné aux jeunes artistes et aux écoles d’art, le FID PRIZE a pour but de promouvoir le dessin contemporain et faire découvrir de jeunes talents.
Sélectionnés par un jury spécialisé dans le dessin, parmi plus de 300 candidats
venant de 30 pays, Camille Benarab-Lopez, Tsama Do Paço et Kazuki Nakahara sont les finalistes du FID PRIZE 2014 et exposeront leurs travaux les plus récents avec Hajime Yamada (mention spéciale du jury).
D’horizons et de cultures différentes ces quatre artistes nous feront part de leur pratique singulière du dessin.

 


Juillet/Août 2014

DESSIN +

DRAWinternational - HORS LES MURS 

DRAWING +

Je crois en l’écologie de l’imagination.


Je crois en une écologie sociale comme un moyen d'offrir une contribution culturelle à la qualité de vie grâce à des activités dans le domaine des arts.

Le conflit et l’aggression ne sont pas naturel à l’humanité - ce sont des réactions et des attitudes construites.

Je rêve d’un village tolérant, diverse, avec un échange d’idées novatrices qui ammène à un environnement plus stimulateur ayant plus de valeur.

Nous pouvons déterminer notre destin et notre environnement. Nous savons ce qui doit changer.

Les artistes sont invités à y répondre avec leur projet créatif pour une résidence d'un ou deux mois : le dessin avec un autre medium.

Nous recherchons des projets individuels et collaboratifs et peuvons accueillir jusqu'à huit artistes.


Veuillez nous contacter pour les informations/tarifs.

 


Mai 2014

EXPOSITION - AFRIQUE(S) MONOCHROMES - ATELIER SOF

Derrière l'atelier Sof, un peintre.

Une enfance en Afrique de l'ouest, où est née, a vécu, sur plusieurs générations, la plupart de sa famille.

Enfant, découverte du Sénégal ; des voyages ; des heures passées auprès de son père à couper, coller, monter des films 8 mm. Il se penche sur de minuscules images, étudiées une à une, mises bout à bout.

Village de brousse ; portraits. Des légendes familiales : ses grands-pères, en Oubangui-Chari ou à    Kayes.

Jeunesse. Arrivée en France. Refusé aux Beaux-arts.

Il travaille, voyage, dessine, écrit. Une formation de typographe.

Recherches sur une nouvelle typographie et le développement des possibilités du livre.

2011 : premiers travaux des Afrique[s] monochrome.

La mémoire ; le temps ; l'espace et l'absence ; le signe, la ligne, la lecture ; la recherche d'une présence.


stephanefelix60.wix.com/ateliersof

 






Plus d'images >>

Avril 2014

ATELIER OUVERT / EXPOSITION

ARTISTES EN RESIDENCE - DANIELLA TURBIN (UK) ET JACK CANDLISH (CAN)


Mon travail est une investigation sensible " in situ ", une synthèse de la perception physique et psychique du monde à travers l'activité du dessin.

Mes dessins enquêtent le seuil de l'architecture abstraite et physique afin d'inclure le raccordement de l'espace, comme caractérisé par exemple par des escaliers, des voies de passage et des routes qui à leur tour se combinent pour former des espaces entrelacés, impossibles et paradoxaux.

Daniella Turbin.

Mes dessins reflètent une exploration de la nature, la relation entre l’individu et l’environnement.

L’Humanité remodèle l’environnement physique qu’elle occupe, l’environnement physique influence la manière dont nous pensons. Le monde bouge et change, comme le font également nos interprétations et nos interactions.

Jack Candlish

 



Plus d'images >>

Septembre / October 2014

Votre pratique créative, est elle principalement du dessin?

La communication par le dessin - une résidence pour artistes, ecrivains et musiciens.

En raison d'une annulation récente. Nous avons une résidence disponible pour Septembre/Octobre 2014 à DRAWinternational.

Nous sommes intéressés par un artiste qui a une ouverture d'esprit et approche expérimentale dans sa pratique du dessin. Nous vous invitons à jeter un oeil à des oeuvres sur notre site web et faire une proposition qui offre une dimension qui n'est pas encore représentée.


Nous attendons vos propositions.

La Committee DRAWinternational.

 


Octobre 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - SUSAN WALSH (USA)

'The change in shadows due to the earth's rotation is the single most important indicator that time is passing. Consequently, noting changes in color of daylight and in the cast of shadows is the most reassuring means we know to mark the movement of time'.
Leonard Shlain, in Art and Physics

One of the most persistent dialogues in my work as an artist, is between loss and the visual evidence of the passage of time. Each visual image becomes a Memento Mori of time and spaces in transition. In the altered dimension of grief, after one suffers the pain of the loss of a loved one, one's relationship to time is reassessed: time feels too long, or it feels too short, or it seems to stop moving. One waits for signs: the mysterious and ultimately reassuring alchemy of time, presence, and form. I would like to wait for signs during this residency and produce a physical manifestation (drawings), of that waiting.  

Susan Walsh

 


Septembre 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - JEANNINE COOK

Présentation et démonstration - Pointe d'argent

Pendant mon enfance en Afrique de l'Est, j'ai passé des heures interminables dans la chambre noire avec mon grand-père photographe, et regardé des photos en noir et blanc apparaissent, comme par magie, dans les bacs à développer. Leur beauté monochromatique a finalement contribué, je me rends compte maintenant, à ma fascination pour la pratique de dessin de "silverpoint" "pointe d'argent". Dessinant avec la pointe d'argent est exigeante. Ce médium se développe lentement, comme un tirage photographique en noir et blanc. Son intensité d'exécution me permet de se concentrer sur le familier. Je réaffirme mon sens de connexion avec un endroit, aux rythmes des marées et des saisons, avec la lumière en mouvement, le changement, la transformation de tout. Pour moi, la pointe d'argent est un médium subtil qui offre un contrepoint calme de la haute tension au monde d'aujourd'hui. Peut-être que ce n'est pas surprenant, étant donné que cette technique, connu génériquement comme "point de métal" est né dans l'atmosphère contemplative des monastères européens du 12ème siècle.

Silverpoint me permet un dialogue scintillant avec mon monde environnant.

 


Septembre/Octobre 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - SANDE WATERS (CANADA)

I have two bodies of current work which have a predominant theme referencing iconic female symbols.  My large drawings are conceptual visual metaphors of female bodies. One of my drawings was five feet high by thirty feet long and required repetitive gestural mark making, taking several months to complete. To me, the physical and emotional environment one experiences results in choreography of unique gestures that may seem meaningless, and often we are not conscious of them, but they actually create form that defines who we are.  My smaller more recent drawings are a study of rather engaging and playful ‘Goddess’ symbols.


www.sandewaters.com

 


Août 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - BARBIE KJAR (AUSTRALIE)

Barbie Kjar, une artiste Tasmanienne en Quercy

Barbie Kjar est une artiste venue de Tasmanie effectuer une résidence à DRAWinternational
" Pendant ma résidence, je me suis concentrée sur l'élaboration de portraits de 7 personnes vivant à Caylus et 7 outils artisanaux. Dans certains cas, j’ai fait le portrait de la personne en train de travailler utilisant les différents outils liés à son métier. J’ai ainsi travaillé dans l’atelier de tapisserie de Nathalie Céré (photo). Ce métier très physique implique une relation quasi sensuelle avec l'objet. C'est comme une danse et une lutte en même temps, une métaphore des relations humaines (l'effet  'push/pull')."


Barbie Kjar - Article la dépêche 26/08/2013

http://www.ladepeche.fr/article/2013/08/26/1695394-caylus-barbie-kjar-une-artiste-tasmanienne-en-quercy.html

 


Août 2013

ATELIER INTENSIF DE DESSIN - CELIA EID

C’est une petite photo qui a allumé une étincelle dans mon âme :

Un enfant, allongé sur le dos, dessine sur un grand papier blanc posé par terre. Son visage est caché entre les pieds d’un tabouret en bois renversé sur le sol.  Ses bras sont derrière sa tête. Il vient de dessiner un grand trait rond. Il en a fait plusieurs. Il en fera bien d’autres.  Il semble qu’il ne voit pas ce qu’il dessine. Lui et un compagnon remplissent de graphismes la surface démesurée du papier. Ils ont le visage du bonheur.
J’ai envoyé un email à Drawinternational dès que j’ai vu cette image sur leur page net. Moi aussi, je veux apprendre à dessiner sous un tabouret : C’est ceci, mon projet.


Je suis une artiste numérique. Je crée des animations image par image sur la musique contemporaine. Immobile, assise sur une chaise, yeux ouverts, je dessine sur la superficie restreinte d’un écran.
Je lutte, plongée dans ce monde virtuel et immatériel, contre l’oubli de mon propre corps. Les techniques traditionnelles d’expression: peinture, lithographie, dessin, m’aident dans ce combat.  Le contact avec la pierre et l’encre me fait revenir  au monde du sensible et du gestuel. Je les pratique toutes sans relâche et à chaque fois que je reviens à ma bonne vielle chaise devant l’ordinateur je retrouve mon corps re-empreint des énergies du réel.
Celia EidCelia Eid was born in Brazil and is currently based in Paris, France. She creates her animations using traditional stop-frame animation in the computer. While still living in Brazil, Celia Eid won awards for her work as an illustrator and graphic designer. In 1994 she published the graphic novel Penare. After training in digital media she worked for two years in post-production for television and then moved to France to pursue her activities in animation as an independent artist. She has created animations extensively for live music performance and often collaborates with composers and musicians. Since 2005 her works have received repeated presentations at many international festivals.
 
Celia Eid, d’origine brésilienne, vit en France depuis plusieurs années.  Au Brésil, elle a été plusieurs fois primée par son travail de graphiste et illustratrice. En 1994, elle a publié un livre de bandes dessinées en strips: Penare. Après avoir travaillé pendant deux ans dans une entreprise de post-production de vidéo, elle a déménagé en France pour poursuivre ses activités comme artiste d’animation indépendante. Elle a créé plusieurs animations pour performance live et a collaboré avec plusieurs compositeurs et musiciens. Depuis 2005, ses vidéos ont été présentées dans plusieurs festivals internationaux.
 
The Stool workshop

La photographie fait allusion à et l'objectif était:

'simplement à «découvrir de nouvelles dynamiques/relations / mutualité / différence / influence par rapport aux objectifs de l'atelier précédent pour des périodes prolongées» (thèse - ' la chorégraphie de dessin », 2003).

Les deux étudiants Emily Clark et Neil Davies étaient des artistes avec qui je n'avais pas travaillé auparavant.


En dessinant avec un objet inanimé du quotidien , nous avons expérimenté avec les idées de limitation et des interférence comme un élément positif pour délimiter les actes gestuelles dans certaines contraintes physiques. Ce faisant, le tabouret deviennent une trace de lui-même en relation avec le corps comme il cherchait à retrouver sa forme au sein de cette relation interactive. Le tabouret ne sait pas ce qu'il fait tout en existant dans l'espace d'un corps et ne peut qu'agir d'une manière partiellement inconsciente. Cette expérience a aidé les artistes étudiants entrent en collision avec quelque chose de difficile et stimulant, qui a nourrie d'autres significations, et d'autres processus d'expérimentation. De cette manière, le dessin était pour toujours dans le devenir, jamais tout à fait arrivé, tout en offrant encore un record perceptive d'un temps et d'espace particulier.

Quand on trouve quelque chose de nouveau, nous sommes emmené invariablement vers quelquechose tout aussi stimulant et parfois plus profonde et plus durable.

L'atelier va expérimenter avec le corps dans diverses situations et influences.  Les divers processus de dessin / les méthodes / et la matérialité qui viennent aussi proche que possible du concept et la nature envisagée de la durée et de l'espace dans chaque dessin a faire. Il explorera les notions de: la durée, le silence, la gravité, la répétition, la limitation, la collaboration, la masse, la privation sensorielle, l'échelle individuelle autographe / section.

John McNorton 17- 6- 2013

 




Juillet 2013

NIAMH MERC - Atelier Ouvert/Présentation

En tant qu'artiste, j’utilise toujours le dessin comme une réaction expressive à ce que je vois et ce que je ressens. Mon intention pendant cette résidence est la confrontation avec la sincérité/ honnêteté au sein de ma propre pratique artistique en travaillant seule dans le studio et aussi étant artiste en résidence, qui repose également sur une discussion objective avec d'autres artistes.

Avec cette pratique du dessin comme un outil émotif, il y a une lutte continuelle pour tenter de formuler et de ressentir les sentiments abstraits que nous partageons tous lorsque nous pensons et rêvons de nous-mêmes et des autres. L'ouverture d'un espace public peut aider à donner un sens à des pensées et des sentiments qui ne sont pas réalisés, cachés, niés, mal compris ou pas abordés d'une manière objective.


Niamh Merc

 


Juillet/Août 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - ALISON GRAHAM (UK) 'DRAWING and CLAY'

In July/August 2013 ceramic artist Alison Graham (UK) will be exhibiting her PhD research work and more recent experiments at DRAW international’s gallery and studios.  

She said in a recent correspondence:

I was searching through the artist residency sites and came across yours and it brought back the most wonderful memories of my time in Caylus in October 2005 with the MA Ceramics from CSAD. It was truly a life-changing experience for me, as it sparked off an overwhelming enthusiasm for drawing and mark-making that has developed in my ceramic work over the past 8 years, through the MA and PhD. I just wanted to say thank you for your  enthusiasm, encouragement, support and understanding.


Alison's studio will be open to the public to give insight into her ideas and working processes,  which clearly integrates drawing as a vital component to her overall creative practice.  

DRAWinternational are happy to introduce this funded residency opportunity which is the first of an annual award to an artist whose work promotes drawing in a contemporary context.

http://www.aligrahamceramics.moonfruit.com/

 


15 juillet 2013

Cinema en Plein Air - Caylus

L’exposition ‘traces de pas’ clôture lundi 15 juillet avec le film ‘Kinky Boots’.

Quand une exposition célébre le passé et le présent à travers “la chaussure”.

La découverte d’une collection de chaussures du magasin ‘Frauciel’ de Caylus, était l’inspiration de cette exposition où l’on explore l’artisanat et l’art - la tradition et le contemporain.

Cette exposition est comme une oeuvre en mouvement, porteuse de souvenirs, d’histoires et d’échanges. Nous remercions tous qui ont participé à cette oeuvre, objets, anecdotes et  
expériences...

Le film comédie "Kinky Boots" américano-britannique (d'après une histoire réelle) aborde le monde de la chaussure, de la mode et de l’extravagance.

 


Juillet 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - NIAMH MERC (IRLANDE)

I am so pleased to have artist and teacher Niamh Merc as a resident artist next year. She was one of my MA students at Cardiff during 1996/7.
 
I have included an excerpt from her thesis The Importance of Drawing as a Mathematical Expression, 1997 which I still find pertinent and two images of her finely made drawing shoes which formed part of her MA exhibition.

'Niamh Cooney's Pencil Shoes were used to record an action of movement with the feet which were pushed and dragged along the ground in an intentional movement "to think of form in terms of definite measurements" and to reduce "all proportions . . . to forms such as triangle, square, circle" (Klee, 1956, p.22-23). This intent is "a thought in act: it is in this sense that I am certain of myself" (Merleau-Ponty, 1964, p.22). The thoughts within the pencil performances make use of a tactile motion rather than seeing themselves.'

Klee, Paul (1956), Klee. Volume I. The Thinking Eye, edited by Spiller, Jurg, Lund Humphries, London and Bradford
Merleau-Ponty, Maurice (1964), The Primacy of Perception, Northwestern University Press

 


Juin/Juillet 2013

Exposition 'traces de pas'

A travers une collection de chaussures datant de début 1900, l'exposition 'traces de pas' va célébrer l'art et l'artisanat - traditionnelle et contemporaine.
Dans le village médiéval de Caylus, les organisateurs John et Grete McNorton de 'DRAWinternational' avec la participation d'Eleonoor Klinkert et Steven Van Den Berg de 'Studio de l'Olm vous invite à retourner dans le passé et découvrir objets, images, souvenirs d'autrefois ainsi que l'art et design contemporain.
Deux lieux d'exposition et deux vitrines vont nous montrer un regard sur le monde des chaussures par des artisans, des artistes et un jeune designer.

Pourquoi les chaussures nous passionnent :

Les chaussures du magasin Frauciel sont témoins de notre patrimoine, de notre savoir faire et de la mode. Caylus était un village important pour le commerce en 1900.

Les chaussures pour des dessins qui promènent : DRAWinternational - Centre de recherche sur la pratique du dessin contemporain. Artiste en résidence Niamh Merc a crée les chaussures comme outil pour dessiner.

La rencontre avec un jeune créateur locale Olivier Taco qui a crée les chaussures "Iguaneye" une chaussure ultra-moderne et ultra-minimale.

John est fils d'une ouvrière à l'usine de chaussures "Clarks" à Plymouth en Grande Bretagne.

Grete a travaillé dans le magasin de chaussures 'Saxones' les samedi, à l'âge de 15 ans et depuis elle est fan des chaussures.

et en plus

Les françaises sont les championnes européennes en achat de chaussures (6 paires par an) !!!

L'exposition "Traces de pas " commencera le 15 juin à 19h et sera clôturé le 15 juillet avec un séance de cinéma en plein air - le film comédie "Kinky Boots" américano-britannique (d'après une histoire réelle) aborde le monde de la chaussure, de la mode et de l’extravagance.

Pour plus de renseignements:
tel 0563241619

 



Plus d'images >>

Avril 2013

KATIE BELCHER -Atelier ouvert/présentation

Mon travail à DRAWinternational est centrée sur l'expérience de la plumaison d'un oiseau pour la première fois, c'était un faisan.  
La maladresse avec laquelle j'ai réalisé cette tâche, autrefois une tâche habituelle, est devenue l'inspiration d'un nouveau projet de dessin. J'ai documenté le processus, et catégorisés et documenté sa trace - les plumes.
Je cherche à décrire le faisan lui-même, ainsi que l'action de la plumaison.

 


Avril /Mai 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - OPPORTUNITE

FILL THESE SHOES?


Cette annonce est très tardive à cause d'une annulation au dernière minute pour le mois d'Avril/Mai 2013. Après avoir reorganisé notre planning, nous avons une disponibilité pour Mai/Juin 2013, si vous êtes intéressé contactez nous Info@drawinternational.com pour saisir cette opportunité.

 


Mars 2013

HANNAH SARAH JAMES - Atelier ouvert

Ma pratique embrasse l'action gestuelle d'une ligne tracée, typiquement à travers des dessins "in situ" utilisant des milliers de lignes droites.

 


Mars 2013

HANNAH SARAH JAMES - (UK)

Is your drawing practice primarily concerned with ideas of abstraction ?
We are interested in an artist who has an experimental approach to drawing as abstraction, notation, repetition and/or geometry.


We are pleased to announce that Hannah Sarah James has been selected to be our partially funded artist in residence for March 2013.

‘The mark-making potential of line has long been taken for granted and little consideration given to the mystery inherent in a simple line’ - Ziba Ardalan.

‘To the eye of the viewer the drawing objects, with their torn surfaces and empty spaces, crossed by lines and threads, are traces of a journey that point to the possibility of
the existence of other planes. They suggest the existence of fullness in the empty.’ - Anna Maria Maiolino.
 
My works explore the idea of obsession through mark making and the process of repetition through drawing. My research is predominantly process driven. I think through the making. A process of mark making that is made up of the repetitive building of lines and the continual reflection of this. This relates to the often site specific nature of my work.

Space is essential within my practice; much of my work is developed through response to space, time and surface. Through drawing I have been able to develop a process that enables the viewer to feel emerged in the obsessive nature of the work and appreciate the time and the labour process. Exploring the physicality of the space the nuance and subtleties of that wall/ surface. Drawing attention to something that is largely overlooked and therefore the building itself becomes integral to the piece of work.

The marks made are non-representational; they are an exploration of surface, a marking of time spent with a site and a demonstration of labour. This is also an attempt to slow the viewer down to appreciate the time spent to make this. This is my way of highlighting that this futile gesture does mean something, something slow and process based.

The process of making acts, as a form of meditation, there is a sense of hypnosis involved in the repetition of the mark making and it is this meditative nature of the work that I want to translate to the viewer.

Hannah Sarah James

 


Février/Mars/Avril 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - KATIE BELCHER (CANADA)

Through my artistic practice I have been exploring the ways in which humans process experience and build memory. I find drawing to be an effective medium through which to make these explorations. It is intuitive and evokes experience without defining it. My drawings are centrally composed, densely modelled and make significant use of erasure. Animated by the tonal variations and marks beyond their outer contours, the previously static subjects appear to be emerging from or dissolving into the white ground.
Using my own experience, found objects and museum archives as a starting point, I exploit the image’s function as a mnemonic resource for myself and other viewers. My drawings examine experiences, how we record and remember them, and what we lose with time and progress.

katiebelcher.com

 


Janvier/Février 2013

ARTISTE EN RESIDENCE - KELLIE O'DEMPSEY (AUSTRALIA)

DRAWinternational is an innovative and supportive location for contemporary arts practice. It is in this experimental and critical thinking environment I want to incubate my current performance drawing investigations.
Exploring expanded drawing as documentation I aim to investigate notions of inhabitation and inclusivity via a site-specific performance practice.

Kellie O'Dempsey
Recipient Australia Council Artstart Grant

 


Octobre 2012

ARTISTE EN RESIDENCE - JULIE PAYNE (AUSTRALIA)

My initial training in the field of sculpture and architecture pushes this desired three dimensional approach to drawing as an object.

Apart from producing a body of work that I would use in upcoming exhibitions in Australia, I would greatly enjoy the liaison with other artists to share ideas and techniques.

www.juliepayne.com.au

 


Septembre/Octobre 2012

ARTISTE EN RESIDENCE - ANNA HAYES (UK)

Highlighted in my oil paintings are the inaccuracies within Google Street View, exemplifying how our own perception of the world is so unlike that of a photographed image. What is at all is barely there, and in appearance what is; is beauty.
My watercolour paintings in appearance have a documentary nature, but are conceived as a form of mapping a place or home, a combination of juxtaposed figurative element, which are then softened by imposing a careful simplification approach to the development of the work. Through this silencing process, disparate narrative images connect or stand alone, creating a subtle, calm, partially abstracted whole. Through the use of carefully selected figurative imagery I am exploring the function of the home, having a sense of place and belonging, together with ideas of remembering, perception and nostalgia .I have developed a calculated system of constructing an image that mirrors my thought process. The technique I employ allows me to reiterate the melding of identities into a unified whole. I build the paintings up using thin layers of dilute colour. By editing imagery I can draw attention to the peaceful moments that can perhaps go unnoticed. A duality exists both visually and conceptually within my work. Physically, it can be perceived as flat and decorative, yet a strong sense of serenity and composure also occurs created by the light tonal palette and the lack of detail. It is to allude to a sense of comfort, peace and sanctuary.

 


Septembre/Octobre 2012

ARTISTE EN RESIDENCE - EVAN BROENS (CANADA)

The theories presented by Goethe and his topic of intuitive consciousness as a way of understanding has become central to my working methodology. Drawing has operated as a grounding moment in my creative process and there are aspects of my practice and my work which includes drawing. Yet this way of working has not fully become a secure element in my portfolio.
The DRAWinternational residency is an important opportunity to initiate drawing as its own entity in my practice, rather than being supplementary; bridging practice and theory and, as the website indicates, to locate a contextual framework.

Evan Broens

 


Septembre 2012

ARTIST EN RESIDENCE - NONI BOYLE (CANADA)

Since drawing is central to my practice, I was very excited to find a residency opportunity that seems to celebrate the act of drawing to the extent that DRAWinternational does.  One of the reasons that I wish to do a residency in France has to do with the exploration of place, identity and belonging. My maternal family history has its roots in France (many generations past). I have not spent more than a few weeks in France prior to this, and would welcome the opportunity to stay long enough to absorb a sense of place and develop some work in response.

Noni Boyle

 


Juin 2012

ARTISTE EN RESIDENCE - JULIA HITCHCOCK (USA)

Objective

Projects for me have always been the generative force that begs the next “what if?” “Next question, next inquiry, next body of work,” all manifest themselves in the active moments of working, coupled with the need to satisfy a visual conceptual puzzle.  DRAWinternational has the structure and environment that will enable me to realize my next project: “the deconstruction and disintegration of the human form within its environment.” Visually describing the event of a human body actively chasing after its’ own basic cellular structures and acknowledging human existence as a non linear progression of events much like the firing of synaptic connections of nerve endings, the subtle act of a last breath or the jolting, violent surge of the last ounce of blood pressing against the interior lining of an exposed vein.  These types of events ultimately lead to states of physical and spiritual transitions from one chemical or cellular state to another. It is this transition, interspace and state of being that I wish to elucidate in the large drawings.

www.juliahitchcock.com

 


Juin/ Juillet 2012

ARTISTE EN RESIDENCE - MIO HANAOKA (JAPON)

One of the biggest subjects of my works is how to grip relationships in durational time.
I want spectators to feel that everything changes all the time, even now.
All objects, including myself, are transforming in order to adjust ourselves to every present moment. We tend to look for a place to stay to make us comfortable, but there is nowhere to stay same. So, I’d like to show the variable present which contains a trace of past and also a smell of future.

Mio Hanaoka

 


Mai/Juin 2012

ARTISTE EN RESIDENCE - ANDREA POR (CANADA)

The underlying theme of my work is informed by the human condition, i.e., the will to power and its subsequent effects of fear, doubt, anxiety and isolation. I am interested in these emotions and how they contend and relate to the enormity of the world and the ephemerality of life itself. What happens to my achievements and will to power after I die? Who will remember me? To what purpose does my individual will to meaning serve on a grand scale?

Andrea Por

 


18 mars 2012

ARTISTE EN RESIDENCE- ANOOK CLEONNE (HOLLANDE)

Atelier ouvert - exposition d'oeuvres réalisé pendant sa résidence.

 


Avril/Mai 2012 (rescheduled)

ARTISTE EN RESIDENCE - DAVID NECHAK (USA)

David Nechak has taught for many years and exhibited extensively in the United States of America. He has also exhibited his quirky and humerous ideas in Canada, Ireland and Scotland. He continues to explore these ideas through installation and sculpture with continuing wit and integrity.

 


Septembre 2011-2012

Open Call - A Social Science and Art and Design Collaboration with Prof. Graham Button and Dr John McNorton

Human beings think in the concepts of language, but how they express what they know transcends talking or writing. People perform actions and interact together in language but action and interaction is not confined to language. Therefore if we want to explore what and how people know things, the world we live in, and peoples' relationships to it and to each other we need to do this in modes of communication other than the conventional written form.

Movement, colour, form are other ways to those of text and talk through which people can communicate with one another, or can be used in conjunction with one another to express what someone knows or wishes to convey. Consequently they can all be used to explore our world. This means that the traditional academic boundaries that separate art, human sciences and the natural sciences can hinder our understanding of our world and how we communicate that.

We thus see that the meeting of minds from different disciplines is an open and dialectic opportunity for progress in the way we reflect upon and make reflective decisions about our world and how life actually might be at any particular time. Drawing for instance, is an activity which now is considered as an art form in its own right, yet can actually offer many variables in first order observation, which is, again traditionally thought of as the provenance of the human sciences, and in how one might convey these related reflective outcomes. Through breaking down the barriers between traditional disciplinary perspectives and through other creative opportunities, ideas can collide and may motivate fresh, energetic and rigorous exploration.

John McNorton is an artist and educator who considers mind and body issues through the everyday and more conscious creative action. This world is not one encountered by the eye alone, but through the whole human interactive corporeal sensorium through which we are inexorably a part. This is a body for others, as it exists in its habitual state and focusses on how creative intervention can foster change in ones gesture to possibly result in new form.

Graham Button is a sociologist whose interest in ordinary practical action and interaction is grounded in the relationship between mind and language. He has investigated how people reason about their world and display and use that reasoning in their interactional performances with one another in a diverse range of social settings. For the past few years he has focused upon how people reason about the work they do, and how that can be traded into the design of computer systems.

These two seemingly disparate approaches have come together in reflections that have revealed mutual concerns and interests and provide opportunities to push the boundaries of traditional expression. Both John and Graham are committed in making some difference in how things are and towards how they might possibly be.

It is the intention to research the content and methodology of a selected number of artists at DRAWinternational during their residency. Artist, therefore, who are willing to have their work and processes carefully scrutinised and discussed in preparation for publication can apply stating this in their application.

A small selection of artists will be chosen during the 2012 according to the type of work produced and the availability of each person involved to mutually agreed dates.


(Etching by Kazuki Nakahara, no title, 2009,19.5x24.5 cm)

 





Septembre/Octobre 2011

ARTISTE EN RESIDENCE - KAZUKI NAKAHARA (JAPAN)

I am interested in 'Line'.

I learnt Japanese calligraphy from my father who works as a professional Calligrapher in Japan.

I learnt the strict rule of handwriting and expression from the different forms of Japanese characters.
 Sometimes I practised the same line all day long.

This experience has influenced my interest to draw on paper.

 
The drawings are made by adding repetitive strokes with a coloured pencil on paper. I form one or many circles which mostly symbolises the Woman with Pigtails. It is not only the humorous form which interests me, but also the long meditative process of drawing. Stroke by stroke, I try to repeat the line with the same quality with a consciousness in the act of drawing itself. I am also  interested in making rules with simple mathematics in drawing. Some round forms stand in a straight line, some make a group with others or make a triangle and some go around regularly. So I amuse myself with the arrangement of motifs and try to express rhythms on paper.


www.kazukinakahara.com

 


Juillet 2011

ARTISTE EN RESIDENCE - CHERIE BENNER DAVIS (USA)

I propose to make works by chopping up and rearranging maps and world globes. These will be collected, some prior to arrival and others while in France (both in Paris and possibly also in the local villages near the residency site, if available).

These works will reconsider relationships of the individual to place, space and current geopolitical events through a conflation of the physical and psychological systems used to map our world, lives and movement.

The pieces will be reconfigured to become three-dimensional forms that mimic things like natural phenomena (ex. the shapes of hurricanes in motion), and the globes will be altered in various ways such as a rearrangement of the countries and continents and in ways that distort/destroy their usually round form. 

Source materials that are France-specific like Paris metro maps for instance, might be reconfigured to relate specifically to the approaches to map-making, and concepts of locus, space, and movement there.

Cherie Benner Davis
 

 



Plus d'images >>

5 Juin 2011

Atelier ouvert / Bâtir des murs sur papier - SARA SCHNECKLOTH (USA)

Partie à la découverte du paysage local Sara n'a pas pu manquer d'être attiré par le nombre de constructions en pierre qu'elle a rencontré sur les chemins ruraux. En particulier les murs en pierre sèche qui dessinent eux même les routes etles chemins. Inspirée par la similarité qu'elle a reconnu entre sa façon de créer un dessin et la composition d'un mur en pierre sèche elle s'est décidée de participer à un chantier de restauration. Cette expérience donne naissance à de nombreux dessins.


"Les murs en pierre sèche comportent la notion de la structure, la superposition, la stabilité et de la grâce, toutes ces qualités qui je le crois peuvent se traduire entre trois et deux dimensions, et vice-versa.

Dans l' effort de comprendre le travail et la tradition de la construction des murs en pierre sèche j'ai participé au chantier organisé par l'association APICQ.  Nous avons passé deux jours à reconstruire une longueur du mur dans le hameau de Jonty.

Qu'on travaille avec une grosse pierre pour trouver un ajustement le plus satisfaisant, ou qu'on collecte des cailloux pour remplir et fortifier, j'ai trouvé que les préoccupations de la paroi se traduisent directement par l'activité de dessin. Qu'on utilise la pierre, l'encre ou du charbon de bois, le caractère des matériaux suggère la technique.

Le processus de trouver et placer intuitivement pierre après pierre reflête la façon dont un dessin se construit, marque par marque, la structure évolue par le temps et par un travail de patience.
Travailler entre le site du chantier et mon atelier a également donné un
aperçu sur des idées de la collaboration et de la propriété, le travail de chaque individu est devenu une partie de la grande structure, un accumulation d'efforts, d'intentions, et de techniques.

Lorsque je me suis mis à construire des murs sur papier, en utilisant du matériel pour dessiner au lieu de la pierre, j'ai trouvé que les mêmes préoccupations sont essentielles à la construction. 
De quoi les murs ont ils besoin pour devenir stable?
Quelle marque pour fortifier l'ensemble?
Comment construire couche après couche dans l'espace, en n'utilisant que l'intuition et la touche?

Le rôle du mur dessiné est diffèrent de ce qui sépare les pâturages ou qui définit la propriété, le dessin fonctionne comme un dossier de travail et d'expérience, une énigme sur la structure et l'équilibre, et une poursuite prometteuse de l'intégrité".

Sara Schneckloth

 





Mai/Juin 2011

ARTISTE EN RESIDENCE - SARA SCHNECKLOTH (USA)

How do we hold memory?  How do memories hold us?  I pose these questions as the starting point for my work, as I strive to embody moments of remembering, and consider the relationship between the body’s physical performance of memory and inscriptive practice.

My work deals primarily with imagined microbiological systems rendered on a macro- scale.  I envision and create cells, organs, fluids, and tissues, and seek to assemble the elements into new systems of organic relationship and connection.  I work in a variety of mediums and look for ways to take drawing beyond its traditional definition of “mark on paper.”

I believe that the act of drawing is a way of residing in multiple states of awareness – of present, past, future – of what one is, has been, and hopes to become – of the physical, the mental, and the formal.  I draw as a way to see more deeply, both inside and out, and to elevate the act of seeing to a process that is fully engaging of both body and mind.  In the gesture of a drawing, there abides the question of how human beings hold memory.  I care about how the body holds its history, and how that recollected history can be performed through the act of making embodied signs.


Sara Schneckloth teaches drawing and critical practice at the University of South Carolina in Columbia.

www.saraschneckloth.com

 


16 avril au 21 mai, 2011

Exposition - Digital Dialogues JASON DAVIES/DARREN WILLIAMS (WALES)

The origin of this collaboration was borne out of the desire to be more creative with electronic communicative technology, whereby the process of production is central to the project.
Given our socially and personally shared limitations and imposed parameters regarding time, space and finance, we wished to develop a collaborative art form in which issues of geographical distance, finance, leisure time and working space, could be traversed by the mediation of commonplace technology- the home computer suite.

We are currently engaged in a long distanced collaborative project utilizing the generic email system and creative packages within the home computer suite. Drawing occupies a central role in the work, often being both the initial drawn component scanned into the PC, and an integral part of the images development as it zips back and forth between collaborators in file format.
The mark making is directed using either a drawing tablet or the mouse itself, and drawings are instigated by either collaborator. Although this form of pictorial communication is itself the primary subject matter, each individual dialogue is representative of concerns, expressions and incidents based on our own particular experiences and personal histories. We literally draw out the threads of our daily lives, ritually recording the most pertinent in sketch form.
These ‘diaristic’ sketches are then worked upon and expanded until each subsequent e-drawing reaches completion. The sleeping partner in all of this is the machine, or program itself, for as expansive as the possibilities within each program may be, our choices are still confined within its parameters.

A recent development has seen the project website develop beyond a mere depository for the dialogues into an arena where live works can be instantly uploaded, providing a visual blog. This has coincided with the utilization of photographic imagery collected with the ubiquitous mobile phone.

digitaldialogues.co.uk

 



Plus d'images >>

Mars/Avril 2011

ARTISTE EN RESIDENCE - BEN SHEPPARD (AUSTRALIA)

IDEA OBJECTS – Lineal sculpted forms that appear as if drawn into space. These can also be ‘traditionally’ drawn onto photographic images in a larger scale to appear as if in real space. Halfway between the idea and the realised object, these forms present a proposition of a potential form imagined by the viewer.
 
My process often involves the production of 3D drawings or ‘Idea Objects.’ These objects operate as drawings whereby the concept that ‘the thinking happens in the making’ is at the core of their creation. Lines are edited during manufacture in a way similar to those made and erased with charcoal or graphite and an eraser. The lineal aesthetic affects a feeling of an artefact that operates somewhere between the idea of something and the object that it represents.

Ben Sheppard

 


Decembre 2010

Exposition - YANN LESTRAT - Current works (FRANCE)

Artiste émergent Yann Lestrat présente ses dernières œuvres.

Il réalise des formes invariablement simples, qui prétendent à une perfection absolue pourtant inatteignable : sphère en acier poli, peintures monochromes laquées, plaque de plexiglas transparente… Le choix de Yann Lestrat de recourir aux techniques et compétences issues de l'univers de la production industrielle participe à cet intérêt pour la finition de l'œuvre,
mais aussi paradoxalement à son détachement du réel. 
Sa démarche créative investit souvent des paysages, des espaces publics ou des objets domestiques familiers, dans lesquels il introduit des perturbations inattendues qui troublent leur usage commun et l'ordre établi.

9 photographies
 
Il s'agit d'un travail photographique qui s'attache depuis plusieurs années à produire des images d'éclairages domestiques (lampes, plafonniers, lustres), au hasard des visites et déplacements.
Ces images sont ensuite sélectionnées et retravaillées, afin de faire ressortir pour chacune d'elles l'étrangeté que peuvent parfois receler ces équipements communs, auxquels on ne prête pas forcément attention.
Ces éléments de confort ainsi appréhendés revêtent alors l'apparence de créatures bioluminescentes des abysses, ou de vaisseaux spatiaux tout droit sortis de la science-fiction. Il est d'ailleurs question dans ces deux cas d'abîmes, qu'ils soient marins ou inter-stellaires, évoqués avec humour au vu de la modestie de l'origine de ces images, porteuses de poésie et d'imaginaire.

Nevroz

Un objet condensant et exacerbant avec cruauté le principe des tableaux à niveaux : « Nevroz » est un niveau en bakélite créé par l’artiste .
De forme sphérique, l’outil de précision est en perpétuel déséquilibre, objet de mesure impossible et surréaliste, entre objet usuel et sculpture.
Oeuvre co-produite par La Criée, centre d'art contemporain, Rennes, avec le soutien du Sepa / Bon Accueil, Rennes
La boule niveau « Nevroz » Réédition améliorée et illimitée en 2010, en partenariat avec Tamawa (Bruxelles)

 « Et in arcadia ego/Islande »

Il s'agit d'un projet mené par l'artiste depuis 2003, visant à installer et à photographier dans des paysages naturels une bonde d'évacuation en acier inoxydable de 100 cm de diamètre. Le voyage en Islande, entrepris en septembre 2007, est la première concrétisation de ce projet à l'étranger.
Ce livre, sans texte ni commentaire, présente trois séries de photographies montrant l'installation de la bonde dans les paysages islandais, les à-côtés du voyage, et un ensemble de polaroïds pris après l'extraction de la bonde. Un DVD en insert présente deux films documentaires de Nicolas Touzalin.
2009 : publication du livre «Et in Arcadia ego, Islande», accompagné d’un dvd, chez Zédélé Editions (Brest)

COLLECTIONS PUBLIQUES
  • Fonds National d'Art Contemporain
  • Conseil général d'Ille-et-Vilaine
  • Fonds municipal d'art contemporain, ville de Rennes
  • Artothèque de Vitré
  • Communauté d'agglomération "Rennes Metropole"

 









Plus d'images >>

Octobre/Novembre 2010

ARTISTE EN RESIDENCE - BRITT SALT (AUSTRALIA)

My current practice exercises a multitude of ephemeral lines and the transparency of mesh to create works that reposition the way we know and experience space.
I work both three dimensionally making objects, and two dimensionally in drawing.
It is between these two practices that my work mediates between form and space, and defines itself as Monoform; a term I have created to describe the merge of form and space in my practice.
These current works shift between interior and exterior, positive and negative, seen and unseen spaces. As the viewer moves, the layers of these forms merge and separate. The distinctions between the spaces inside and outside of these built forms blur, and the possibility for a new interaction and experience of space occurs.

Britt Salt